Le virage du digital ou l’impératif de visibilité

La digitalisation de notre société implique une profonde modification de toutes les activités professionnelles, notamment dans la manière de communiquer. Internet créé de nouvelles opportunités pour développer son activité, et il est crucial d’en avoir conscience et d’agir efficacement.

Le métier d’avocat bénéficiait toutefois d’un régime particulier, qui ne lui permettait pas de prendre pleinement le virage du digital. En effet, le décret n°1972-785 du 25 août 1972 interdisait aux avocats toute forme de démarchage.

L’énorme audience que représente Internet lui était donc totalement interdite d’accès

Avocats et publicités : une évolution profitable aux avocats

Le décret n° 2014-1251 du 28 octobre 2014 relatif aux modes de communication des avocats modifie le décret n° 72-785 du 25 août 1972 relatif au démarchage et à la publicité en matière de consultation et de rédaction d’actes juridiques et le décret n° 2005-790 du 12 juillet 2005 relatif aux règles de déontologie de la profession d’avocat.

En fait, c’est à compter d’un arrêt du 13 décembre 2013 que le Conseil d’Etat a considéré que l’interdiction de la publicité ne pouvait s’appliquer aux avocats.

Tenant compte de cette décision, la Loi du 17 mars 2014 a modifié l’art. 3 BIS de la loi de 1971 en ajoutant l’alinéa suivant:

« Dans les conditions fixées par décret en Conseil d’Etat, l’avocat est autorisé à recourir à la publicité ainsi qu’à la sollicitation personnalisée ».

Les avocats peuvent ainsi librement (ou presque) mener des campagnes publicitaires, et Internet regorge de potentiels clients. Des études menées par l’agence Azko démontrent même que, dans 5 ans, 80% des clients des avocats proviendront d’Internet.

Il est donc aujourd’hui indispensable pour les avocats souhaitant développer leur activité et trouver de nouveaux clients d’investir un maximum ce nouvel espace et le meilleur moyen reste la stratégie publicitaire du Coût Par Clic.

Publicité au Coût Par Clic :

Publicité au Coût Par Clic signifie qu’une certaine somme sera payée par l’annonceur chaque fois qu’un internaute cliquera sur l’annonce.

Exemple : un avocat exerce dans la ville de Cannes et souhaite afficher une annonce publicitaire chaque fois qu’un internaute cannois fait une recherche concernant un avocat ou un problème juridique. L’avocat ne paiera que si l’internaute clique sur son annonce.

Le montant payé dépend principalement de l’intensité de la concurrence sur le mot clé, et l’avocat ayant défini la meilleure enchère apparaîtra en premier dans les résultats.

Le fonctionnement du Coût Par Clic est simple, mais la mise en place d’une campagne optimisée requiert des compétences techniques dont les cabinets d’avocats ne disposent pas en interne.

Il faudra ainsi externaliser cette activité et former un collaborateur en interne, au risque de prendre trop de retard sur ses confrères.

CONTACTER UN EXPERT AVOCADS