Une étude a récemment été menée par iLawyerMarketing auprès d’internautes ayant choisi leur avocat sur Internet.

L’étude a été menée aux Etats-Unis (325 participants) et fournit des informations intéressantes sur les critères de décision des visiteurs et sur la manière dont ils vont comparer les différents sites visités.

etude marketing site avocat

L’information clé est la suivante : 76% des personnes ayant cherché un avocat sur internet ont visité au moins 3 différents sites de cabinet d’avocats.

Ce nombre n’est pas surprenant quand on considère l’importance du choix de son avocat. Ainsi, presque un tiers des enquêtés ont affirmé avoir comparé au moins 6 différents sites d’avocats avant d’arrêter leur choix.

Les internautes à la recherche d’un avocat vont donc comparer votre site et ceux de vos concurrents. Les questions qu’il convient donc de vous poser sont (notamment) les suivantes :

Mon site est-il mieux que ceux de mes concurrents du point de vue de l’ergonomie et de l’expérience utilisateur ?

Est-il suffisamment orienté vers la performance et la conversion ?

L’étude menée démontre également que les deux critères principaux qui rentrent en jeu dans la prise de décision de l’internaute sont le design du site ainsi que sa capacité à convaincre de la réputation, du succès et du prestige du cabinet en question.

La réflexion autour de cette étude et de ce qu’elle révèle peut être plus largement menée et nous conduit à envisager la manière dont les avocats vont concevoir leur site internet.

On comprend ainsi que la complexité réside dans ce subtil équilibre à trouver entre la capacité à promouvoir la qualité des services juridiques d’un cabinet et de préserver la spécificité du métier d’avocat (le but est avant tout de défendre le justiciable) ; Eviter de tomber dans le marketing digne des sites de e-commerce est donc primordial.

Toutefois, construire un site internet sans mener un début de réflexion sur les outils à mettre en place pour permettre aux justiciables de rentrer en contact avec vous rapidement, n’est, selon nous, pas une solution viable.